Antoinette Fouque – Site Hommage

Antoinette Fouque – Site Hommage

Une militante sur toute la planète

Commandeur de la Légion d'honneur, cette militante de toujours meurt au début de l'année 2014. Lors d'une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes, Antoinette Fouque (page officielle - Antoinettefouque-hommage.com) clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». Elle s’engage notamment aux côtés d'Aung San Suu Kyi face à la dictature birmane. Antoinette Fouque intervient aux Nations Unies mais aussi dans le monde entier pour défendre les femmes.

Antoinette Fouque, de la cité phocéenne à la capitale

Son enfance se déroule tranquillement tranquille à Marseille. En 1964, Antoinette Fouque est maman, elle prend alors conscience des obstacles qu’une femme rencontre quand elle doit assumer ses statuts de femme et de mère alors qu'elle exerce un métier. Elle gardera jusqu'à sa mort un ancrage politique marqué à gauche de ses années passées dans un quartier défavorisé. Le père d’Antoinette Fouque est un militant syndicaliste.

L'engagement politique d'Antoinette Fouque

Membre la commission des droits de la femme à Strasbourg, Antoinette Fouque prend la vice-présidence. L'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) créée par la militante est encore dynamique aujourd’hui et soutient la gauche, qui relaie le combat pour les droits des femmes.. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie est une structure créée à l'initiative d'Antoinette Fouque à l'occasion des 200 ans de la révolution française.

Elle fonde sa propre maison d'édition, baptisée Les Editions des femmes dès 1973. Les Librairies des femmes voient le jour dans la foulée dans les 3 plus grandes villes françaises. L'éditrice ouvre une première boutique à Saint-Germain-des-Prés, où elle présente les ouvrages dont les auteurs sont des femmes. Espaces de rencontres, les boutiques de livres inaugurées par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusqu'à minuit.

Antoinette Fouque imagine le mot "féminologie", dès lors qu'elle déteste les "-isme" qui font penser à une doctrine. La théoricienne n'était pas réellement sur la même ligne que Simone de Beauvoir et ce qu'elle défend dans "Le deuxième sexe". Le combat d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un militantisme féminin sans concessions, il défend son attachement à la maternité, qui ne peut s’opposer à la libération de la femme. En 2013, elle a dirigé l'écriture du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage à celles qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles.